Le Scradh en quelques questions

Ou comment répondre aux questions que se posent les professionnels et ceux qui souhaitent connaître et rejoindre notre structure…

Tous les sujets évoqués ici sont détaillés dans les diverses rubriques de notre site. Vous trouverez ici en quelques clics l’essentiel des réponses à vos questions.
Pour la version imprimable du « Scradh en quelques questions », télécharger le document joint :

Télécharger le document

Présentation de la structure

Qu’est ce que le Scradh ?

Le S.C.R.A.D.H., Syndicat du Centre Régional d’Application et de Démonstration Horticole, est un syndicat qui gère une station d’expérimentation horticole, structure physique qui de fait a pris le nom de Scradh. Autonome et relevant du droit privé, il est membre de l’Institut Astredhor.
Depuis sa création en 1984, son activité est totalement tournée vers l’expérimentation : mise en pratique des résultats de la recherche, promotion des technologies nouvelles et mise à disposition des professionnels de l’horticulture de références technico-économiques directement applicables.

Qui a créé le Scradh ?

Le Scradh est une structure professionnelle créée en 1984 par la filière horticole locale.
Les professionnels locaux, jusqu’alors regroupés dans de nombreux CETA, ont souhaité disposer d’un centre d’expérimentation unique pour acquérir les références qui leurs manquaient, projet qui a pu être mené à bien grâce au soutien financier de nombreux partenaires.
Contrairement à ce que l’on entend souvent, le Scradh est donc né de la volonté des professionnels locaux, volonté qui a permis son maintien jusqu’ici.

Pour qui travaille le Scradh ?

Le Scradh est un outil mis à disposition des professionnels de l’horticulture. Il travaille dans les secteurs des fleurs et feuillages coupés, de la pépinière - potée fleurie et du paysage.
La plupart des actions sont réalisées à la demande de ses adhérents. La station réalise aussi des programmes nationaux attribués dans le cadre des appels à projets Astredhor.
Enfin, quelques autres actions sont réalisées dans le cadre de prestations de services conventionnées et financées par le donneur d’ordre. Soulignons que la station dispose de l’agrément B.P.E. pour les essais de produits phytopharmaceutiques.
Au regard des adhérents à la station (± 160) la zone d’influence est principalement régionale et nationale.

Qui finance le Scradh ?

Le Scradh bénéficie de subventions pour 70 à 80 % de son budget de fonctionnement, subventions justifiées par l’apport du Scradh au développement de l’horticulture. Cet apport est apprécié techniquement mais aussi par le nombre d’adhérents s’impliquant dans la station.
Les soutiens publics (± 70%) sont obtenus dans le cadre du contrat de projet état-région (FranceAgriMer - Conseil Régional PACA), de subventions allouées annuellement par les collectivités locales et territoriales (Conseil Général du Var, TPM, Ville de Hyères) et de fonds européens FEDER (programme MED).
Près de 14 % provient de financements professionnels : cotisations (adhésion à la station), financements nationaux par Astredhor et ressources provenant de la Chambre d’agriculture du Var.
Un autofinancement de près de 16 % est assuré par la vente des produits (fleurs et plants), par le soutien de partenaires privés dans le cadre de conventions d’appui à des programmes spécifiques (SICA MAF de Hyères, Crédit Agricole, GROUPAMA) et par quelques prestations pour expérimentation ou formation.

Qui dirige le Scradh ?

Le Scradh est géré par un syndicat professionnel agricole régi par la loi du 21 mars 1884. Il dispose de 2 types d’adhérents. Le premier collège est constitué d’organismes membres appartenant aux structures professionnelles horticoles et para-agricoles de la région Provence Alpes Cote d’Azur, à l’enseignement ou aux collectivités locales et territoriales. Le deuxième collège est composé des professionnels adhérant directement à la station.
Le conseil d’administration qui gère le centre est composé de 15 membres adhérents, 10 élus issus du premier collège et 5 élus issus du deuxième. Si le directeur est un salarié de la station, le président et les membres du CA sont tous des professionnels.

Le Scradh travaille-t-il seul ?

Si les essais sont effectivement réalisés à la station, le Scradh dispose toutefois de très nombreux partenaires techniques. Le plus proche est la Chambre d’Agriculture du Var puisque 2 ingénieurs participent aux suivis des essais sur la station. D’une manière générale le Scradh cherche à intégrer dans le processus de réflexion expérimentale tous les acteurs de la filière horticole, de la recherche/expérimentation à l’utilisateur en passant par la formation et bien sur par la production et la commercialisation.
Le Scradh travaille avec de nombreux partenaires scientifiques tels l’INRA, les Services de la Protection des végétaux (SPV), les stations de l’Institut Astredhor, celles du CTIFL, des stations régionales non horticoles (APREL, GRAB, etc.) ainsi que les stations italiennes de Ligurie. Le partenariat est également fort avec les autres structures de la filière conseil (Phila Flor), commercialisation (SICA MAF de Hyères), les fournisseurs (plants, matériel et produits) et les collectivités (villes adhérentes). Soulignons aussi le lien important avec la filière formation dont le lycée d’Hyères (EPLEFPA) et celui d’Avignon.

Qui décide du programme à réaliser au Scradh ?

Si un comité stratégique juge les grandes orientations prises à la station, les besoins en expérimentation sont recueillis directement auprès des adhérents dans le cadre de commissions spécialisées par produits ou par thèmes transversaux (11 en 2009) : P.B.I., Pépinière - Potée fleurie, Paysage, Feuillages coupés, Rose, Gerbera, Anémone Renoncule, Fleurs annuelles, Pivoines/Vivaces, Alstroemeria, Anthurium. Ces commissions, qui rassemblent des scientifiques, des producteurs, des conseillers, des fournisseurs et des représentants du commerce sont un véritable lieu de réflexion au niveau de la filière horticole. Notons que la réunion physique des commissions 1 à 3 fois par an peut-être doublée par des référendums (courrier ou fax).
Ces commissions sont un lieu de proposition et de première validation des résultats d’essais qui ne sont cependant officiellement agréés que par le conseil d’administration.

Quelles sont les relations entre le Scradh et Florisud Var Méditerranée ?

Le S.C.R.A.D.H. est un syndicat qui gère une station d’expérimentation horticole, structure physique qui de fait a pris le nom de Scradh. Florisud Var Méditerranée est le nom de la grappe d’entreprises portée par l’association Hyères Hortipole, qui fédère l’ensemble des acteurs de l’horticulture locale autour d’un projet de développement de filière.
Parmi ces acteurs se trouve bien sûr le Scradh pour le volet expérimentation/recherche appliquée en horticulture.
Le Scradh est donc un élément de cette dynamique de filière représentée par Florisud, et à ce titre il anime et conduit depuis 3 ans des actions définies dans le programme de Florisud (ex. SPL).

Quel lien y-a-t-il entre le Scradh et Astredhor ?

Créée en 1984, la station d’expérimentation horticole du Scradh met à disposition des professionnels de l’horticulture des références technico-économiques directement applicables. Cette station, qui avait une vocation régionale lors de sa création, a évolué en même temps qu’évoluait le contexte national de l’expérimentation horticole. En 1995, elle a participé avec 9 autres stations régionales à la création du réseau Astredhor.
Depuis avril 2008, le réseau Astredhor est reconnu comme Institut technique qualifié pour la filière horticole française et le Scradh en est une des 5 stations constituantes (et une des 18 structures impliquées). Les liens sont donc forts puisque le Scradh représente en partie Astredhor en région PACA, et qu’Astredhor représente en partie le Scradh au niveau national.
Ces liens se traduisent matériellement par la réalisation au Scradh d’essais nationaux gérés par Astredhor et par les services d’Astredhor apportés à la station ou à ses adhérents (représentation, mises en commun diverses, documentation, etc.).

Le Scradh et moi

Est-ce que le Scradh est une structure utile ?

Depuis 1984 l’ensemble des professionnels de l’horticulture locale, soutenus par de nombreux partenaires financiers, se battent pour le développement du Scradh, leur station d’expérimentation. Ceci prouve l’importance d’une telle structure et constitue un premier élément de réponse. Qu’il s’appelle Scradh ou autrement, peut-on de toute façon imaginer une filière horticole dynamique sans centre d’expérimentation alors que les changements d’environnement technique, économique et commercial imposent une perpétuelle adaptation de nos métiers ?

Le Scradh traite-t-il de sujets qui m’intéressent ?

Le Scradh traite des sujets demandés par ses adhérents avec des objectifs à court ou moyen terme. Pour que ces sujets soient les vôtres il y a donc deux conditions élémentaires à respecter : être adhérent et vous exprimer. Les adhérents s’expriment lors de leur participation aux commissions spécialisées par produits que nous réunissons 1 à 3 fois par an, ou lors de leurs divers contacts avec la station. A défaut de s’impliquer dans le fonctionnement administratif du Scradh, Il est donc important que chaque adhérent participe activement aux réunions techniques de la station.
Le Scradh étant membre de l’Institut Astredhor chaque adhérent bénéficie également des résultats des autres stations, ce qui multiplie d’autant le nombre de sujets traités…

Que peut m’apporter le Scradh ?

Le Scradh est un outil de progrès mis à disposition des professionnels qui y adhérent. Travaillant avec eux et pour eux, il œuvre pour apporter les références technico-économiques que lui demandent ses adhérents.
Techniquement, le Scradh œuvre pour une horticulture innovante, compétitive et respectueuse de l’environnement et des hommes. Si vous vous reconnaissez dans ces thèmes, la station vous apportera probablement ce que vous lui demandez, ou ce que vous serez amenés à lui demander dans un futur proche.

A quoi sert ma cotisation au Scradh ?

Rappelons d’abord que le paiement d’une cotisation est une obligation légale pour participer au Scradh. Les petites rivières font les grands fleuves aussi la cotisation au Scradh, même actuellement très modeste, participe au financement du fonctionnement de la station. Mais cette cotisation est avant tout un signe fort de votre implication dans le fonctionnement administratif et technique de la station. C’est la preuve de votre soutien au Scradh et la clé principale pour permettre d’obtenir l’appui de nombreux financeurs.

Pourquoi adhérer au Scradh ?

Rappelons que l’adhésion vous permet de participer au fonctionnement technique et administratif du Scradh, de bénéficier de ses services et de ceux de l’Institut technique Astredhor. Toutefois adhérer à la station ce n’est pas simplement s’acquitter d’une cotisation. Il y a deux raisons principales d’adhérer au Scradh :
La première concerne directement votre entreprise puisque le Scradh cherche à votre demande des solutions à vos problèmes, en acquérant les références qui vous manquent ou en vous permettant de les chercher dans les autres stations de l’Institut technique Astredhor.
La seconde concerne plus généralement la filière horticole puisque votre adhésion, qui est la marque de votre soutien et de votre engagement au Scradh, permet de justifier le maintien d’une structure d’expérimentation nécessaire au dynamisme de l’horticulture.

Peut-on visiter le Scradh sans adhérer ?

Visiter sous certaines conditions oui, être renseigné non !
La règle est claire, il faut adhérer pour participer à la station et en profiter. Durant l’année, une personne ne disposant pas de sa carte annuelle d’adhésion se verra refuser l’accès au Scradh. Par contre des visites sont proposées ponctuellement aux non adhérents afin de présenter notre travail (pas nos résultats !) et faire connaitre la station. Cela se passe lors de la première visite de candidats à l’adhésion et bien sûr lors de nos Journées Portes Ouvertes (au début novembre).

Le Scradh dispose-t-il de conseillers de terrains ?

Non ! Le rôle du Scradh est d’établir des références qui serviront par la suite aux divers agents de développement. Le Scradh ne faisant pas de développement, aucun technicien n’assurera de suivi en entreprise.
Le transfert en entreprise des références acquises au Scradh pourra être réalisé par les conseillers des 2 structures avec lesquelles le Scradh a signé des conventions de partenariat : la Chambre d’Agriculture du Var (conseillers labellisés par Astredhor et bénéficiant de l’ensemble des services de l’Institut) ou le groupement de producteurs Phila Flor (à condition de disposer de la double adhésion Scradh - Phila Flor).

A quoi donne droit l’adhésion au Scradh ?

Les 2 niveaux de participation sont plus détaillés dans le bulletin d’adhésion. En résumé, l’adhésion permet d’obtenir la carte d’adhérent qui ouvre les portes de la station.
D’un point de vue technique vous serez convoqués aux commissions spécialisées par produit de votre choix pour être informés de l’avancement des essais et pour discuter des actions futures. Vous recevrez trimestriellement « Atout Fleurs », bulletin qui vous apporte directement de l’information technique, aurez accès à tous nos comptes-rendus d’essais ainsi qu’à la partie privative de notre site www.scradh.com. Vous aurez librement accès à la station pour voir par vous-même les essais.
Le Scradh étant membre de l’Institut Astredhor, vous bénéficierez des résultats de l’ensemble des stations du réseau ainsi que des services de l’Institut.

D’un point de vue administratif, vous élirez vos représentants au conseil d’administration du Scradh, peut-être même serez-vous l’un d’eux.
Ceux qui souhaitent en plus obtenir des informations personnalisées par téléphone, ou lors de visites du Scradh accompagnées par nos techniciens, devront adhérer au niveau 2.

Quels sont les sujets traités au Scradh ?

Cela dépend bien sûr des années, des filières et des cultures mais le programme peut être regroupé en 4 grandes actions.
•Elargissement de la gamme en zone méditerranéenne. Recherche de nouvelles espèces bien adaptées, évaluation de nouvelles variétés, étude du comportement de nouveautés végétales dans notre région, mise au point de nouveaux produits commerciaux, évaluation postproduction, etc.
•Techniques culturales. Optimisation des techniques de culture pour augmenter la compétitivité des entreprises, ce qui se traduit souvent par une réduction de leur impact sur l’environnement.
Améliorer la compétitivité des entreprises par l’optimisation des techniques : choix des cycles de culture, rotations, densité de plantation, type de plant, pincements et tailles, culture hors sol, choix des techniques et gestion de la fertilisation et de l’irrigation, etc.
Produire en respectant l’environnement par l’optimisation des techniques : réduction de la consommation énergétique sous abris (choix des équipements, pilotage du climat), étude de substrats recyclables, recyclage des solutions drainées, désinfection des solutions drainées, alternative au désherbage chimique, etc.
•Protection des cultures. Etude des méthodes de lutte contre les ravageurs et maladies en favorisant la recherche d’alternatives aux pesticides pour un plus grand respect de l’environnement et plus de sécurité pour les employés : Usage de la PBI sur toutes les cultures, études de produits alternatifs homologués, études de nouvelles pratiques de production réduisant les problèmes phytosanitaires. Homologation de produits pour les usages mineurs ornementaux (programme Astredhor).

Comment le Scradh diffuse-t-il les références acquises ?

La diffusion des références acquises par le Scradh se fait dans le cadre des visites des adhérents à la station, de conférences/ journées à thèmes ou de publications. Les visites sont réalisées lors des commissions, lors des journées portes ouvertes ou lors de passages à la station. Les publications principales de la station sont le bulletin ATOUT-FLEURS (trimestriel coédité avec la Chambre d’Agriculture du Var et diffusé à tous nos adhérents) avec sa Fiche Technique Environnement, et les comptes rendus annuels rédigés pour chaque expérimentation conduite à la station. Occasionnellement la station rédige ou participe à la rédaction d’articles dans la presse spécialisée.
Notons aussi l’existence d’un site Internet www.scradh.com avec un accès réservé aux adhérents pour une information en continue.

Comment adhérer au Scradh ?

L’adhésion à la station est annuelle et il suffit de nous retourner le bulletin d’adhésion avec règlement pour recevoir votre carte d’adhérent et bénéficier immédiatement des services pour l’année civile. Outre le niveau d’adhésion choisi, soulignons que les différences de tarification s’expliquent par l’origine de nos financements.
Afin de réduire les coûts administratifs de gestion des adhérents, le paiement par prélèvement bancaire est fortement recommandé. Important, n’oubliez pas de mentionner vos productions et de choisir les commissions de travail qui vous intéressent.

Les moyens dont dispose le Scradh

De quelles infrastructures dispose le Scradh ?

Sur son site de 2.29 ha, le Scradh dispose de ses propres bureaux, infrastructures et équipements d’expérimentation. Les unités d’expérimentations couvrent approximativement 1.24 ha :
• 6 810 m² de surface d’expérimentation en plein air dont 1 600 m² d’aires de culture hors sol pour conteneurs et 5 210 m² de culture en pleine terre.
• 1 430 m² de surface d’expérimentation sous 8 tunnels plastiques et ombrière : 50% pour la culture hors sol et 50% pour la pleine terre.
• 4 256 m² de serres d’expérimentation, dont 3 000 m² de serre verre : 7 compartiments pour la culture pleine terre et 17 pour le hors sol.
En 2007, le Scradh et l’EPLEFPA-Agricampus de Hyères ont signé une convention de partenariat pour l’expérimentation en pépinière et paysage. Dans ce cadre le lycée met à disposition de la station des parcelles de terrain pour des essais plein champ en extérieur (approximativement 5 000 m²). De même, depuis 2009, la station conduit des essais complémentaires au Lycée Pétrarque d’Avignon sur près de 3 000 m².
.

Quels équipements sont utilisés au Scradh ?

Les équipements évoluent assez rapidement, mais ils doivent être proches de ce qui est réalisable en entreprise et suffisamment performants pour l’expérimentation.
Le climat et l'irrigation de l'ensemble des serres d'expérimentation sont gérés par ordinateur, avec près de 26 compartiments totalement indépendants. Outre la brumisation, l’irrigation et le chauffage, ces compartiments peuvent être équipés de systèmes d'éclairage photopériodique et/ou photosynthétique, de rideaux d'occultation ou d’écrans thermiques, de systèmes d'injection de CO2, de refroidissement du sol, de compteurs (énergie, CO2, eau, électricité), etc. L’ensemble des parcelles hors sol fonctionne en recyclage des solutions nutritives.
Pour les parcelles extérieures, l’irrigation et/ou la fertilisation sont également gérées par ordinateur, le recyclage des solutions nutritives étant adopté pour l’ensemble de la pépinière hors sol. Pour la multiplication en pépinière, la station dispose d’un tunnel équipé d’un Fog system.
Parmi les autres équipements significatifs soulignons 2 chambres froides, 1 chambre climatique, 1 groupe électrogène et 2 chaudières, et les installations pour les essais « BPE ».

Combien de personnes travaillent au SCRADH ?

Si l’on exclut les professionnels administrateurs du Scradh qui réalisent un travail non négligeable, la station compte 15 employés pour près de 13 ETP. Une équipe de 3 ingénieurs (dont le directeur), renforcée par 2 ingénieurs de la Chambre d’Agriculture du Var (pour 0.8 ETP), et 9 employés (du CAP au BTS) assure la conception, le suivi et l’analyse des essais. Une secrétaire et une comptable assurent avec le directeur le fonctionnement administratif de la station. Durant toute l’année, la station accueille également de nombreux stagiaires. La réalisation des essais et l’entretien des infrastructures représentent près de 75% du temps passé, le Scradh est donc bien un outil d’expérimentation.

Où se trouve le Scradh ?

Le Scradh est implanté à Hyères, dans le Var, au cœur du bassin de production floral et pépinière méditerranéen français. Les terrains jouxtent ceux de l’EPLFPEA d’Hyères permettant une parfaite collaboration entre les structures enseignement/expérimentation. Notons la proximité du marché aux fleurs SICA-MAF de Hyères permettant un contact étroit avec la filière aval Fleurs et feuillages coupés.

Comment résumer le Scradh en quelques chiffres ?

Créé en 1984 et débutant ses travaux en 1986, le Scradh a actuellement 24 ans d’activité. Avec 15 employés pour près de 13 ETP de personnel propre, son budget de fonctionnement avoisine les 850 000 euros. Sur une surface de 2.3 ha, 1.3 ha servent de support à près de 30 essais par an. La station compte en moyenne 160 adhérents/an et reçoit chaque année près de 1 300 visites de producteurs, fournisseurs et étudiants. L’Atout-Fleurs de décembre 2010 sera le n°80, soit 20 ans de parution.

Le Scradh en quelques questions

Trouvez les réponses aux questions les plus posées

En savoir plus

Devenir Adhérent Scradh

C’est faire fonctionner votre station, la conforter financièrement et assurer son avenir.

En savoir plus

© 2013 Scradh - Réalisation Metycea

  1. Crédits
  2. Plan de site
  3. Mentions légales

Haut